Concerts de Printemps à Remiremont (France)

31 mars, 1er et 2 avril 2006 – Concerts de Printemps à Remiremont (France)

Les mandolines envoûtent leur public !

On ne traverse pas 60 années sans avoir acquis une certaine notoriété. Au Club des Mandolines, celle-ci est connue et reconnue. Et quand la formation se produit sur ses terres, c’est toujours avec le même plaisir. Un plaisir partagé par les les musiciens et par le public qui vient toujours en nombre.

Tout a commencé vendredi soir. La quarantaine de musiciens attendait avec anxiété le lever de rideau. A 21 h, le “la” a été donné et c’est devant une salle presque comble qu’a pu débuter la soirée. Il en a été de même samedi soir, avec quelques petites surprises de 1er avril concoctées par une poignée de musiciens en cachette du chef. Dimanche après-midi l’orchestre se produisait quasiment à guichets fermés puisque seulement quelques rares places étaient disponibles. Pascale Parmentier, toujours avec le même talent, a pour la 20ème année consécutive, eu la tâche de présenter chaque morceau, (tâche dont elle s’acquitte à merveille).

Gilbert Zaug est un magicien, même sans baguette. Il l’a prouvé au centre culturel de Remiremont, en tenant de main de maître la quarantaine de musiciens qui compose l’orchestre des mandolines. Quant à son fils, il est son digne héritier, puisque se retrouvant parfois au pupitre, ce dernier a lui aussi fait preuve d’un grand professionnalisme.

Après des premières notes douces, le rythme est vite monté sur des accords de Brahms et ses célèbres danses hongroises. Une alternance d’airs langoureux et effrénés que seules les musiques slaves savent offrir. Premier tonnerre d’applaudissements pour l’ensemble, qui mêle en son sein toutes les générations de musiciens. Les yeux rivés sur leur partition et le chef d’orchestre, ces as des cordes ont ensuite enchaîné sur des airs plus contemporains de Kuwahara, se laissant aller à des claquements de doigts sur leurs instruments et imitant les bruits au bord des chemins de fer. Une montée en  puissance des plus modernes, qui n’a laissé personne insensible.

Du haut de gamme

Les mandolines ont ensuite quitté la scène pour mieux laisser la place aux 15 guitaristes de l’ensemble, et ce, avant de revenir, accompagnées par les élèves de l’école de musique. Au premier plan de la scène, ou perchée sur un traîneau, la future relève a assuré le temps d’interpréter deux extraits de Mozart (le père) sous la direction Zaug (le fils) ; les percussions marquant de leur empreinte ces délicieuses minutes.

La seconde partie était elle aussi à la hauteur des espérances, invitant, entre autres, à un voyage au pays du Soleil Levant, à travers une composition de Yamaguchi. Un morceau de haute voltige, servi une fois de plus par des musiciens de talent. Le final a quant à lui réuni sur la scène l’ensemble des musiciens, ainsi que les chanteurs de l’école de musique.

Fidèles au rendez-vous, les Romarimontains et autres habitués des concerts de printemps de l’orchestre des mandolines, sont restés sous le charme. Quant aux autres, venus pour la première fois, nul doute qu’ils savent désormais pourquoi l’ensemble, si cher à la cité des Chanoinesses, fait parler de lui à l’étranger et se classe dans la division d’honneur de la Confédération Musicale de France. Car après soixante ans de présence sur scène et un renouvellement parfait de ses musiciens, l’orchestre sait varier les plaisirs et le transmettre, en restant toujours dans le haut de gamme.

Un concert présidentiel

Lors du troisième et dernier concert de printemps de l’orchestre des mandolines, dimanche, la quarantaine de musiciens a eu l’honneur de voir arriver le président Poncelet, lequel a pris place dans la salle du centre culturel pour suivre l’intégralité du concert. Passionné de musique (notamment classique), le président du Sénat et du Conseil Général a souvent marqué le rythme avec ses mains et ses pieds, applaudissant à tout rompre à l’issue de chaque morceau. Une belle récompense pour ces musiciens pour qui le deuxième homme de l’Etat avait fait le déplacement. Ce qui n’est pas rien !

Programme

1ère partie

  • Romanza – Extrait du Concertino en la mineur  (BACARISSE)
  • Danses Hongroises n° 5 et n° 6  (J. BRAHMS)
  • Rail road song  (J. KUWAHARA)
  • Par un ensemble de guitares et contrebasse :
  • Danza – Extrait de Dos Piezas  (D. KREIDER)
  • Beat Santa Rosa – Extrait de la Suite Américaine  (K. SCHINDLER)
  • Avec la participation des élèves de l’École de Musique :
  • Intrada et Schlittenfahrt  (L. MOZART)

2ème partie

  • Fantasy Tsugaru  (Y. YAMAGUCHI)
  • Russich (J. KNUMANN)
  • Tres Piezas de Sudamerica : Tango – Milonga – Samba  (M. KUGLER)
  • Zoop Boogie  (D. KREIDLER)
  • Pear Shaped Dance (avec la participation des élèves de l’École de Musique)  (Y. KUWAHARA)
  • FINAL : Orchestre et voix avec les élèves de l’École de Musique :
  • un extrait de la musique du film “Bleu”  (PREISNER)
  • Des Cornouailles à l’Oural  (CANDY et SENTIS)

One Comment on “Concerts de Printemps à Remiremont (France)”

Comments are closed.