Fête de la Musique au Sénat à Paris (France)

Ce 21 juin 2000, l’Orchestre des Mandolines de Remiremont jouait la Fête de la Musique dans les salons du Palais du Luxembourg.

Un geste de la main, et hop, c’était parti pour une polka de Strauss, avant Gershwin, La Valse de la Veuve Joyeuse, la Danse du Sabre… Pendant plus d’une heure, l’Orchestre a donné un concert dans les salons dorés du Sénat. Si le public était essentiellement parisien, le maître des lieux, Christian Poncelet, a expliqué auparavant à ces messieurs-dames de la capitale qu’il s’agissait là d’un “ensemble de province de qualité” et auquel il est particulièrement attaché. “Remiremont est la ville dont j’ai l’honneur et la joie d’être le maire et je suis heureux de recevoir ici les musiciens de ma ville”, disait le président du Sénat.

Il a précisé au sage auditoire que l’orchestre est dirigé par Gilbert Zaug, qui n’est autre que son premier adjoint et fut lui-même ancien maire de Remiremont, et que font partie également de l’ensemble d’autres membres de la famille Zaug, la mère, les deux fils et les deux petites-filles.

Recevant en cadeau une mi-mandoline, le président du Sénat s’est fait une fois de plus l’ambassadeur des Vosges, rappelant l’important patrimoine forestier de son département, expliquant que cet instrument a été fabriqué à Mirecourt, ville des luthiers, et ville natale d’un certain Jack Lang, initiateur de la fête de la musique.

Sous un énorme lustre de cristal, pendu au plafond des Salons de Boffrand, musiciennes et musiciens vosgiens ont joué concentrés, émus, sans une fausse note. Si ce n’est celle, inévitable, des sonneries de téléphones portables qui feront désordre dans l’enregistrement qui était réalisé à cette occasion.

Dans leur tenue de gala, chemises et chemisiers blancs, noeuds pap pour ces messieurs, les instrumentistes ont fait résonner les cordes de leurs mandolines et de leurs guitares et fait vibrer le public en chant également sur l’interprétation de “Christophe Colomb” arrangé pour le cinéma par Vangelis.

Après un rappel et les applaudissements, le chef d’orchestre était satisfait de ses troupes, jeunes pour la plupart, qui avaient pour la première fois “l’honneur de jouer au Sénat”. “Mes musiciens avaient les mains moites, il fait chaud et ils étaient très impressionnés. Jouer la fête de la musique ici, ce n’est pas donné à tout le monde”, disait Gilbert Zaug.

Après un dîner au Sénat, les membres de l’orchestre n’ont pas pu profiter de la fête parisienne : ils reprenaient le bus, direction Remiremont. Ce matin, il y a école et boulot.

Programme interprété

Trisch-trasch Polka Strauss
Summertime Gershwin
Veuve joyeuse Valse Lehar
Simple suite op 151  (Tabarin, Summer Danse) Nicolau
Music Illustrations (Ouverture, Valse, Romance, Marche) Sviridov
Christophe Colomb (extraits) Vangelis
Danse du sabre Khatchaturian
Ouverture d’Egmont Beethoven

One Comment on “Fête de la Musique au Sénat à Paris (France)”

Comments are closed.